Okaâsan ou le Japon sans Sushi

Okaâsan

Okaâsan ou le Japon sans Sushi

Okaâsan te materne au 9 rue des Trois Rois 13006 Marseille

Tél: 06 65 75 56 22

Ouvert le soir du Mardi au Dimanche, €€

Facebook

Les restaurants japonais à Marseille sont comme dans beaucoup de ville une histoire assez récente, à l’exception du Shabu Shabu qui existe depuis des décennies. Quand on veut manger autre chose que des sushi plus ou moins bien faits, et connaître la vraie cuisine traditionnelle familiale japonaise il n’existe que peu de choix, l’Okaâsan en tête. Cela faisait longtemps que je voulais le découvrir.

L’endroit n’est pas très grand, avec en mezzanine un coin ‘traditionnel’, tatamis (donc on se déchausse)/ tables basses traditionnelles, la salle principale avec vue sur la cuisine au fond. La décoration est minimaliste et bien qu’étant très novice en culture japonaise ne m’évoque pas vraiment une ambiance japonisante, mais on oublie vite cela quand vient le moment de découvrir la carte et surtout les menus du jour. La carte est … déconcertante (cf photos ci dessous) et les plats qui y figurent n’ont à mon sens d’intérêt que si vous voulez absolument des sashimi (qui eux sont présents) ou si les plats du jour ne vous conviennent pas. Les menus sont composés de deux plats, autour d’une vingtaine d’euros, et tout est servi en même temps (cf photo).

A mon avis on se doit de boire du saké (mais la carte des boissons est pour tous les goûts, de multiples thés en passant par la bière et le vin). Ne pas confondre saké et alcool de riz, le premier est une ‘bière de riz’ (de par le procédé de fabrication, bien sûr ni mousse ni bulles), de 14 à 17°, et il existe de nombreuses catégories de saké en fonction de l’ajout ou pas d’alcool, filtration ou non, du type de riz utilisé et surtout du seimai-buai. Le seimai-buai est la quantité de grain restante après polissage, car le riz est poli avant d’être travaillé. Plus le seimai-buai est bas plus le saké est de haute catégorie. A Okaâsan on trouve en particulier du Junmai (30% de polissage), peut être que proposer un ou deux Ginjō, ou même pour les très connaisseurs Junmai-daiginjō pourrait apporter un plus.

La nourriture excellente, un vrai régal, on sent la cuisine faite avec passion, toute la tablée s’est régalée, que ce soit les bouchées à la patate douce, les miso, brochettes, poissons, tout est raffiné, plein de saveurs. Je ne savais pas à quoi m’attendre avant de venir, je n’ai pas été déçu, il ne faut pas hésiter à venir déguster ici, la résa est d’ailleurs très très conseillée même si selon les possibilités on peu se glisser après 22h en 2ème service parfois.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

さようなら おかあさん

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.